L’enseignement en ligne : une pratique qui participera de la nouvelle année scolaire

Posted 08/03/2020 by Marthe Pariset

Nul doute que les derniers mois de l’année scolaire 2020 marqueront durablement élèves et enseignants. Alors que près de 80% d’entre eux déclarent avoir profité des conditions imposées par le confinement et la crise du Covid-19 pour tester l’enseignement en ligne, nous avons souhaité en savoir plus et explorer les challenges rencontrés comme les besoins générés par cette expérience.

Pour ce faire, TI Education a conduit une large étude à l’échelle européenne, en collaboration avec l’Institut Générations & Co, auprès de 860 enseignants de 7 nationalités.

A quoi ressemblera la rentrée 2020 ? Quelle sera la place de l’enseignement en ligne ? Zoom sur les principaux enseignements de cette étude.

Vers un enseignement mixte, on et off line

De manière générale, les enseignants interrogés valorisent largement l’intérêt des solutions techniques développées pour palier à l’absence d’enseignement physique, en particulier sur internet.

Les enseignants de Belgique, France, Allemagne, Italie, Portugal, Suède mais aussi des Pays-Bas s’attendent à une rentrée des classes différente de toutes les années précédentes, dans laquelle l’enseignement physique et à distance jouent chacun une ligne de la partition, ouvrant la voie à une nouvelle pratique d’enseignement pérenne.

La tentation de la classe virtuelle

Ce sont les Hollandais et les Italiens qui se sont montrés les plus satisfaits par l’enseignement à distance et les classes virtuelles. Près de 50% d’entre eux déclarent avoir bien vécu l’expérience, tandis que chez les Français et les Allemands, l’engouement pour la classe virtuelle s’est révélé considérablement plus faible.

D’ailleurs, la plupart des enseignants ont eu le sentiment qu’il était suffisant, dans le contexte, de se contenter d’envoyer des contenus et conseiller des activités en ligne.

A ce manque d’enthousiasme se sont ajoutées les difficultés liées à l’équipement des élèves, qu’il s’agisse d’ordinateurs permettant la visio ou de connexions internet suffisantes pour diffuser et recevoir correctement.

Au final, 62% des enseignants interrogés déclarent qu’ils vont sans doute continuer d’envoyer des ressources complémentaires à leurs élèves à la reprise des classes en septembre 2020.

Quelles nouvelles exigences et conditions de succès émergent ?

Dans l’hypothèse d’une plus grande place accordée à l’enseignement en ligne, l’expérience des mois de confinement a mis en lumière de manière claire de nouvelles exigences et prérequis, au premier rang desquels l’équipement technologique des enseignants (55% équipement pur, 50% logiciels).

Par ailleurs, près d’1 enseignant sur 2 aimerait suivre des formations pour développer leurs compétences en matière d’enseignement en ligne. Enfin, les enseignants sont en demande de matériel d’enseignement, de vidéos et d’activités pédagogiques prêtes à diffuser… autant de supports leur permettant de partager réellement avec les élèves.

« Nous sommes prêts à aider les enseignants et les élèves avec nos ressources gratuites, webinars, matériel dédié aux élèves et nos technologies graphiques. Ces ressources peuvent aussi bien être utilisées seuls qu’en combinaison avec une projection en classe physique comme virtuelle. »

Stephan Griebel, T3 Europe coordinator.

 

Les webinars T3 Europe

Pendant le confinement, partout en Europe le réseau d’enseignants T3 Europe s’est rapidement adapté aux besoins et demandes de leurs collègues et ont ainsi accru le rythme et le nombre de leurs webinars.

Au-delà du webinar bi-mensuel en anglais tenu à l’échelle européenne, des webinars locaux ont ainsi été régulièrement proposés en France, Allemagne, Italie Portugal.

Les thèmes abordés étaient directement reliés aux préoccupations immédiates des enseignants, de la meilleure façon d'aborder l'apprentissage à distance à la fourniture de contenu pédagogiques pertinents.

Prendre soin des élèves

Bien sûr, la période a été compliquée pour les enseignants aux mêmes, à l’instar de ce professeur allemand qui, avec un enfant de 2 ans et demi à la maison, avait les plus grandes difficultés à faire cours. Préoccupés, comme d’autres, par leur propre équilibre, ils étaient parallèlement soucieux de leurs élèves qui étaient nombreux à avoir des difficultés d’accès à un ordinateur ou à internet.

Ce risque d’inégalité et de rupture éducative a représenté l’une des principales préoccupations des enseignants, qui estiment à 81% que le confinement et l’enseignement à distance a éloigné encore plus certains élèves, creusant l’écart.

De l’importance du contact humain

Qui dit enseignement à distance dit… distance. Ce manque de contact humain, physique, que ce soit avec les élèves ou leurs collègues, a été particulièrement déploré par les enseignants.

Néanmoins, ils sont 70% à anticiper un effet long-terme du confinement sur la manière d’enseigner, avec l’installation de l’enseignement mixte. Un chiffre à mettre en lien avec les 62% d’enseignants qui prévoient de continuer de transmettre des contenus complémentaires à leurs élèves, de même que 30% pensent utiliser plus de vidéo. Nous suivons ces développements de près et sommes à l’écoute pour développer et fournir aide et support.

Stephan Griebel : « Lorsque les besoins des enseignants changent, nous changerons ! »

Ressources disponibles:

T3 Europe Webinar Program

T3 Europe Content portal

T3 Europe YouTube channel

TI Distance learning page

 

Enquête en ligne réalisée en Belgique, en Allemagne, en France, en Italie, au Portugal, en Suède et aux Pays-Bas, auprès d'enseignants STEM, du 10 au 16 juin 2020, avec 860 répondants au total.